FESPACO 2017 «Folo, il était une fois…» de Loci Hermann KWENE: «Un cinéma calebasse» assumé

Un des deux courts-métrages fiction burkinabè en compétition au FESPACO 2017 est « Folo, il était une fois… ». Signé de Loci Hermann Kwéné, le film semble, à bien des égards, d’une autre époque. Une œuvre totalement assumée par le jeune réalisateur.  

Le sage Bala expliquant l'origine du pendant aquatique de l'humain à Babani

Le sage Bala expliquant l’origine du pendant aquatique de l’humain à Babani

Avec « Folo, il était une fois… », on se croirait dans un film  des années 1980-1990. Tous les ingrédients, ou presque, de ce court-métrage de 25 minutes rappellent les œuvres cinématographiques de cette époque.  Lire la suite

Publicités

FESPACO : Et les acteurs dans tout ça ?

Généralement, sur les tapis rouges et les estrades, les cinéastes prennent toute la lumière. Parce que c’est eux qui ont porté le film, parce que c’est eux qui ont managé une équipe sur le tournage, parce que c’est eux qui ont eu le final cut et parce que c’est eux qui prennent le risque d’être adulé ou conspué, selon que le public apprécie ou déteste leur film.

zinnaariya-2-640

Magaajyia Silberfeld dans « Zin’naariyâ » de Rahmatou Keïta

C’est ainsi que les professionnels vont souvent assister à une projection pour le nom du réalisateur plus que pour les acteurs : « Que valent les derniers films de Gomis, Touré, Traoré ? » « J’ai hâte de voir le premier long de Coulibaly, Goldblat… », sont le genre de phrases que l’on entend dans les longues files d’attente qui mènent aux salles de projection de Ouaga.  Lire la suite

« La Forêt du Niolo » de Adama Roamba : Le plan de la cupidité

Une fille agonisante ; malaise des pêcheurs ; des poissons sans vie sur la berge. Voici le décor d’ensemble qui annonce le sujet de  « La Forêt du Niolo ». Le premier long métrage de Adama Roamba sélectionné pour le grand prix de la 25ième édition du FESPACO 2017. Une fiction construite sur des points de contradiction dont le scenario est récompensé à cette biennale du cinéma africain.

vlcsnap-2017-01-23-17h54m21s207Kari, petit village dans la région de Niolo fait l’objet d’une convoitise. Pour cause son sous-sol regorge du gaz et du pétrole mais aussi de l’eau. L’exploitation des ressources des gisements empoissonne l’environnement. Situation  qui, naturellement oriente le film sur des points  de contradiction.  Lire la suite

« La colère des dieux » de Idrissa Ouédraogo : cours de sciences politiques

L’histoire pour de nombreux citoyens est la science qui étudie le passé. Mais l’histoire est également ce qui a trait à l’imagination. Ainsi donc, les faits aussi vrais que faux semblent être portés par une seule pièce de monnaie. La réalité d’un côté et la fiction de l’autre. La vérité et le « songe » paraissent telles les deux faces de la nature humaine sans pourtant avoir la même valeur dans la société. Cependant, Idrissa Ouédraogo met en évidence ce double sens du mot histoire en 2003 lorsqu’il porte à l’écran le film La Colère des Dieux. La grande question qu’on retient du moins de cet enseignement politique : Comment les gouvernants gagnent le pouvoir politique et le perdent ensuite ?

52_12_36_02

  1. L’acteur du réel : Idrissa Ouédraogo 

Idrissa Ouédraogo est né le 21 janvier 1954 à Banfora. Il fréquente les écoles primaires de Banfora et Ouahigouya, puis les lycées Zinda Kaboré et Promotion de Ouaga et de Bobo. Lire la suite

Etalon d’or 2015 : le tiercé gagnant du prix de la critique

9 membres de la Fédération africaine de la critique cinématographique (FACC) se sont prêtés au jeu de donner leurs trois meilleurs films dans l’ordre, pour ce FESPACO 2015. Le classement, après dépouillement, porte « C’est eux les chiens » de Hicham Lasri du Maroc sur la plus haute marche du podium. Voici le tiercé gagnant de la critique qui peut être différent de celui du Jury officiel qui décerne l’Etalon d’or de Yennenga dans l’après-midi du 7 mars 2015 à Ouagadougou. Lire la suite

« Capitaine Thomas Sankara » : Portrait d’un révolutionnaire

« Quand le peuple se met debout, l’impérialisme tremble ». C’est l’une des répliques extraite du film ‘’Capitaine Thomas Sankara’’ diffusé pour la première fois au cours du Fespaco 2015 au ciné Neerwaya en présence du réalisateur suisse Christophe Cupelin à 22h30. C’était le lundi 02 Mars. Un documentaire de 90 minutes pour résumer la vie d’un acteur politique qui a duré 04 ans.

Affiche SANKARALe  beau monde qui assiste à la projection de ce film tant attendu semble suivre un cours de sciences politiques. Thomas Sankara un personnage qui axe sa politique sur l’Homme. Nourrir, instruire, soigner, vêtir sont les quatre angles fondamentaux de la Révolution du 04 Aout 1983.

La salle a certainement retenu cette leçon qui ressort des nombreuses entrevues qui rythment le développement de ces archives  en images et en sons.  Lire la suite

FESPACO 2015 : la sélection officielle

affiche fespaco 20145133 films sont au programme de la 24e édition du Festival panafricaine du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) du 28 février au 7 mars 2015. 85 sont en compétition officielle : 19 longs métrages, 22 courts métrages, 20 documentaires, 9 séries TV et 15 films écoles. Sur ces 85 films en compétition, 12 sont burkinabè, dont 2 en lice pour l’Etalon d’or de Yennenga et 3 films d’école. 11 autres films de réalisateurs burkinabè sont hors compétition. Le comité d’organisation a examiné au total 720 films pour dresser la cuvée 2015 de la biennale dont le thème est « Cinéma africain : production et diffusion à l’ère du numérique ».

Voici la sélection officielle pour l’édition 2015.  Lire la suite