Programme des activités de l’ASCRIC-B et de la critique au FESPACO 2017

Du 25 février au 4 mars 2017, l’Association des critiques de cinéma du Burkina (ASCRIC-B) organisera plusieurs activités :

Image de "Sosso Bala" de Nissi Joanny Traoré

Image de « Sosso Bala » de Nissi Joanny Traoré

–        TOUT AU LONG DE LA SEMAINE : Publication quotidienne de critiques de films dans les organes de presse nationaux tels que Le Pays, Le Quotidien, L’Observateur Paalga, le site internet de la RTB, Dikou Africa. Ces articles seront également repris par le site de la Fédération africaine des critiques de cinéma (FACC), AfricinéLire la suite

Publicités

Amis de la FACC, bienvenue au FESPACO 2017

L’Association des critiques de cinéma du Burkina (ASCRIC-B) souhaite la bienvenue, à Ouagadougou, à tous les critiques de cinéma d’Afrique venus pour la 25e édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui ouvre ses portes ce samedi 25 février 2017.

photo-ascric-b-640L’ASCRIC-B est heureuse d’accueillir tous les membres de la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC) qui ont fait le déplacement de la capitale burkinabè.  Lire la suite

Communique de presse : Invitation au Colloque du 25ème FESPACO

Pour sa 25ème édition, le Festival Panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou a décidé d’inviter l’ensemble des acteurs impliqués dans la création, la gestion, la diffusion, et la médiation du cinéma et de l’audiovisuel, à une réflexion prospective sur les enjeux de la Formation et des métiers du cinéma et de l’audiovisuel.

gaston-kaboreLe colloque se déroule sur deux journées, le 28 février et le 1er mars 2017, à la salle des fêtes de Ouaga 2000, sous la coordination de Gaston Kaboré.  Lire la suite

La FACC sera fortement représentée au 25ème FESPACO

La Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC) a le plaisir d’informer le public qu’elle prendra part, activement, à la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui se tiendra du 25 février au 04 mars prochain dans la capitale burkinabè.

facc-federation-africaine-de-critique-cinematographique-640En effet, la FACC est partenaire du FESPACO et sera fortement représentée à ce festival panafricain à travers diverses activités, notamment :  Lire la suite

FESPACO 2017: tout est fin prêt pour la messe du cinéma africain à Ouaga !

Le Comité d’organisation du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) a annoncé que tout est fin prêt pour l’édition 2017 qui se déroulera du 25 février au 4 mars 2017. Lors d’un point de presse animé le 16 février 2017, il a fait le bilan des préparatifs de la biennale du cinéma africain. Il a rassuré que toutes les dispositions ont été prises pour que la 25e édition soit une réussite.

conf-presse-fespaco-16-fev-17-640Le comité d’organisation du FESPACO 2017 a rassuré que les dispositions sécuritaires fiables ont été mises pour la grande messe du cinéma africain.  Lire la suite

Papa Wemba « entre sur la scène » : L’homme et le cinéma

Connu mondialement comme un artiste chanteur congolais. Papa Wemba est sous les feux de la rampe depuis la date du 24 Avril 2016. Comme quoi, le père de la rumba congolaise est décédé ce jour là même à Abidjan. Parler de cette icône de la musique, c’est évoquer quelques fois l’acteur de cinéma qu’il est.

papa wenba 600Sa rencontre avec le cinéma se fait d’abord comme acteur. Son premier jeu d’acteur remonte en 1986, il est le personnage principal du film La vie est belle. Le film sort en 1987. Il est du réalisateur de même nationalité que lui, du nom de Mweze Ngangura. C’est ce dernier qui offre un étalon de Yennega au Congo RDC Fespaco en 1999 avec son film Pièces d’identités.  Lire la suite

« Quelqu’un à la porte » de Habibou Zoungrana : court, simple et efficace !

Projeté le 5 mars dernier dans le cadre des 4es Journées Cinématographiques de la Femme Africaine, le film « Quelqu’un à la porte » est un court-métrage réalisé par Habibou Zoungrana. Cette fiction de huit minutes, inspirée du poème « une visite embarrassante » de Bernadette Dao/Sanou, est un coup de projecteur, bref certes, mais interpellateur sur une société aux inégalités criardes, faite de bombance absurde d’un côté, et de misère innommable de l’autre.

Habiou Zoungrana, réalisatrice de "Quelqu'un à la  porte"

Habiou Zoungrana, réalisatrice de « Quelqu’un à la porte »

Sans ambages, le film campe le décor dès l’ouverture. Images de quartiers populaires avec leurs tas d’immondices et images du quartier huppé Ouaga 2000 s’alternent. Très vite le contraste est établi. Et il s’intensifie avec un enchaînement de plans présentant des talibés dans une ruelle, visiblement, d’un quartier « non loti » auxquels s’opposent ceux de la paisible villa, où vivent une dame et son fils. Lire la suite